Mercredi 30 août 2017 à 21:43

Depuis samedi dernier je textote vaguement avec la femme de meetic dont je parle dans l'article précédent. Elle semble sympathique, mais on n'est pas très à l'aise, je ne sais qu'en penser, j'essaie de ne pas faire de conclusion hâtive ni de me torturer avec ça. 

Dimanche 27 août (!!), j'ai appris par hasard la mort de mon arrière-grand-mère. Mort survenue il y a 2 ans, mais dont nul n'avait jugé utile de m'informer : je suis en colère. Arrière-grand-mère que je n'ai jamais rencontrée, et qui emporte dans la tombe la clé d'un douloureux secret de famille qui me hante depuis des années, au point que depuis quelques mois j'envisageais de faire les démarches pour essayer de la rencontrer et de lui extirper la vérité. Trop tard. Il va falloir vivre avec ça maintenant.

Lundi soir, j'étais tellement en détresse que j'ai envoyé un mail à SOS Amitié.

Aujourd'hui, comme souvent ces derniers temps, fatigue, maux de tête, ennui, idées noires, même au travail. Cependant en rentrant j'ai réussi à m'acheter une part de cheesecake pour demain matin (sans craquer dessus ce soir !), changer la litière, sortir la poubelle, faire la vaisselle. Jeûné ce soir, comme d'habitude. 




***
J'étais une enfant rondouillarde et gourmande, viandarde, qui détestait les légumes et le sport et ne buvait que de la limonade et du jus de pomme. Je n'ai jamais fait de régime de ma vie, à part vers 14 ans et demi, une sorte de rééquilibrage alimentaire pendant quelques mois prescrit par une diététicienne vue contre mon gré, qui avait réussi à bien me complexer sur mon poids et me faire culpabiliser sur ce que je mangeais (et que j'ai vue une seule fois, sans aucun suivi après)

A 14 ans, poids le plus haut de ma vie : 56 kg (IMC autour de 23 ?)
A 15 ans : 45 kg. ("régime" de la diet + surtout début du déjeuner sauté dès l'entrée au lycée. Tout le monde était content pour moi que je ne sois plus ronde, personne ne s'est demandé comment j'en étais arrivée là, personne n'a vu que quelque chose clochait).

De 16 à 23 ans : oscillé entre 46-48 kg, au plus haut 50 kg, au plus bas exceptionnellement 43 kg vers 22 ans. (alternance entre des périodes de jeûne et de restrictions quand j'étais seule, et des périodes de lâcher-prise gourmands pendant les week-end et vacances chez mes parents)

A 24 ans, en 2014 : juin 42 kg (poids le plus bas jamais atteint alors) - septembre 48 kg

2015 : (le début de l'enfer, des grosses tensions avec mon ex, des calories comptées, de la salle de sport, des heures de marche en ville la nuit en cachette, de la valse des psychiatres et des hospitalisations)
janvier 46 kg - juin 34.5 kg (IMC à 13.5) - septembre 45 kg - décembre 35 kg

2016 :
janvier 41 kg - mai 47 kg - juillet 42 kg - septembre 34 kg 

2017 : 
janvier 47 kg - mars 49 kg - août 43 kg

(actuellement fin août : autour de 44-45 kg ?)
Par Kadiak le Vendredi 1er septembre 2017 à 23:36
Es-tu prête à te mettre en relation ? Est-ce le bon moment ?
Comment peux-tu prétendre pouvoir aimer quelqu'un alors que tu es incapable de t'aimer ?
Drôles de questions je sais ^^ t'es pas forcée d'y répondre, mais penses-y.

T'es pas grande, 1m60, un peu moins non ?
Quel est ton boulot ? Ca te plaît ? Qu'aurais-tu aimer faire ?

Je suis toujours curieux, eh ouais ^^
Par Mue le Samedi 2 septembre 2017 à 20:01
Je ne sais pas si je suis prête ni s'il existe un "bon moment". Dans l'ensemble je ne me sens jamais prête à quoi que ce soit, et c'est quand je me retrouve embarquée dans une situation que je m'adapte (par exemple juste avant de rencontrer mon ex, je ne voulais absolument pas me mettre en couple, je cherchais juste une relation physique avec une femme, mais finalement je l'ai rencontré lui et je suis tombée amoureuse et même si ça ne me semblait pas non plus "le bon moment", ça s'est fait comme ça).
Je pense que je suis capable d'aimer des gens, c'est déjà arrivé, et il y a des gens que j'aime toujours, indépendamment de ma capacité à m'aimer moi-même... et il y a des parties de moi que j'apprécie. Mais oui, c'est difficile de se "laisser aimer" quand on a du mal à se supporter, j'imagine que c'est ça que tu sous-entends.
Oui je suis petite, 1m58 (heureusement, sinon mes pertes de poids auraient été plus dramatiques que ça)
Je suis bibliothécaire, métier que j'ai choisi et que j'aime beaucoup dans l'ensemble.
Par a-demi-maux le Mardi 5 septembre 2017 à 9:21
je comprends pas que les personnes proches ne se soient pas inquiétées devant ta perte de poids phénoménale..^^ c'est quoi d'abord les critères de beauté hein ? mesurer 2 m et peser 35 kg ?^^ ben moi les gens squelettiques .. ça ne me fait pas rêver.. faut avoir un peu de formes... qu'il y ait quelque chose à toucher^^ bref.. le principal c'est de se sentir bien comme on est, ronde ou pas... et se moquer du regard des gens, sinon on fait plus rien de sa vie...
J'ai toujours été attirée par les femmes, j'ai eu une expérience de flirt avec une fille quand j'étais ado.. puis finalement, je me suis de nouveau retrouvée en couple avec un homme..
ya pas de mal à chercher l'amour... que ce soit avec un homme ou une femme.. faut essayer et tu le sauras.. ^^ mais pas se forcer surtout ;)
Par Mue le Mercredi 6 septembre 2017 à 19:30
oh les corps squelettiques je trouve ça laid aussi... -_- quand j'en arrive là ce n'est pas par choix esthétique... quand ça va mal j'ai tendance à m'isoler, je vois moins ma famille et j'ai coupé les ponts avec presque tous mes amis... mon ex et les psy qui me suivent se sont inquiétés, et enfin mes collègues mais elles n'osaient rien me dire pendant des mois, elles ont abordé le sujet juste la veille de ma première hospitalisation. Pendant très longtemps j'étais assez forte pour mentir et faire comme si ça allait.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast